Everest : la fabuleuse épopée

Everest : la fabuleuse épopée

Place à la découverte du plus connu des 8 000 mètres : le mont Everest. Découvert en 1852, cette montagne s’appelait à l’époque le « Pic XV ». Ce n’est qu’en 1865 qu’elle acquière le nom Everest en l’honneur de George Everest, un géographe britannique qui a établi les calculs de la plus haute montagne du monde. Car oui, aujourd’hui, l’Everest est considéré comme le sommet le plus haut de la planète avec 8 848 mètres d’altitude. Chevauchant le Népal et la Chine dans la chaîne de l’Himalaya, l’Everest se distingue en trois faces : la face nord, la face sud-ouest et la face est. Pour les alpinistes, la face nord est considérée comme la plus difficile car très rocheuse.

En 1921, une expédition de reconnaissance est organisée par les anglais avec pour objectif de cartographier la montagne et de prendre le plus d’informations nécessaire pour pouvoir repérer un possible itinéraire de passage vers le sommet.

Néanmoins, pour pouvoir se rendre sur la montagne à l’époque, cela demandait beaucoup de préparation car il fallait obtenir un laisser-passer par les népalais qui était plutôt réticent de voir un potentiel afflux d’étrangers sur leurs terres. De plus, cela demandait beaucoup d’équipements. Les anglais découvrirent alors la forme pyramidale du sommet ainsi que des glaciers présents sur tous les flancs de la montagne. De nombreuses tentatives d’assauts sont alors menés après ces observations. Le premier assaut est donné dès 1922, puis s’en est suivi d’autres, jusqu’en 1953, année de l’exploit.

L’Everest marqué par des exploits alpins

Cette année-là, une expédition dirigée par le britannique John Hunt est lancée avec deux membres clés : Edmund Hillary, un néo-zélandais et un népalais du nom de Tenzing Norgay. C’est exactement le 29 mai 1953 que l’exploit de cette ascension est réalisé par ces deux hommes qui posèrent pied sur le sommet de la plus haute montagne du monde. Un exploit qui deviendra pour les alpinistes un réel moteur de motivation et de découverte. Les plus enthousiastes décidèrent de suivre cette exemple et s’enchaîna alors une succession d’ascensions réussies comme : en 1975, la japonaise Junko Tabei devient la première femme au sommet de l’Everest, en 1980, Reinhold Messner effectua l’ascension en solitaire et sans assistance respiratoire ou encore le sherpa Kami Rita qui gravi le sommet pour la 23 ème fois en 2019, record du monde.

Autres articles

Nos partenaires